Le décolletage

Le décolletage est un procédé d’usinage par enlèvement de copeaux, permettant de réaliser des pièces en partant de barres ou de fil métallique.

L’histoire du décolletage

Le décolletage est né dans l’Arc jurassien. Il puise ses origines dans les tours de potier et les tours à bois, dont le mouvement circulaire constitue le principe de base. Son industrialisation est liée à l’avènement de l’horlogerie. Elle débute véritablement en 1872, lorsque M. Schweizer met au point le premier tour doté d’une poupée mobile.

La Seconde Guerre mondiale et l’essor de la société industrielle en Europe voient se développer les décolleteuses à came, qui deviennent de plus en plus fiables et complexes à cause de la demande en pièces à forte valeur ajoutée.

Les machines à commandes numériques (CNC) apparaissent dans les années 80. Une nouvelle impulsion et dimension est donnée au décolletage. Les tours automatiques à cames et les tours automatiques à CNC sont capables de s’alimenter eux-mêmes en matière première, au moyen de ravitailleurs automatiques, et peuvent ainsi produire des pièces en continu sans l’intervention d’un mécanicien de production ou d’un polymécanicien pendant plus de 12 heures.

Des prouesses techniques époustouflantes

Les plus petites pièces décolletées sont à peine visibles à l’œil nu, avec un diamètre de l’ordre de quelques dixièmes de millimètre ; elles remplissent un rôle indispensable dans une montre ou un instrument de microchirurgie.

Une demi-seconde, c’est le temps qu’il faut à un tour automatique pour produire une pièce peu complexe. Soit un million de pièces par semaine. En revanche, selon la complexité de la pièce ou la dureté du métal, la réalisation d’une pièce peut parfois nécessiter plusieurs minutes.

Un savoir-faire industriel unique

Le décolletage fait appel à des compétences particulières… Autrefois le calcul de cames, aujourd’hui la programmation CNC requièrent une expérience et une formation solide en vue de répondre aux exigences d’un métier high-tech orienté vers l’avenir.

Les tours automatiques CNC permettent de réaliser des pièces complexes, à hautes sollicitations mécaniques et chimiques dans des métaux difficiles à usiner.

Les applications

Les pièces décolletées étaient à l’origine essentiellement destinées à l’horlogerie. Elles sont aujourd’hui utilisées dans tous les domaines de l’industrie, des plus traditionnels aux plus high-tech.

Saviez-vous que dans une montre mécanique, par exemple, entre pignons, axes ou vis on trouve plus de 100 pièces décolletées ? Qu’un moteur de voiture en comprend plusieurs centaines ? Que les implants dentaires ou les vis chirurgicales, pour ne citer qu’eux, sont aussi des pièces décolletées ? Le décolletage couvre une palette de domaines dont l’étendue atteste son caractère irremplaçable et universel.

Autour du décolletage

L’informatique occupe une place prépondérante dans l’ensemble des processus de la conception à la production. Dans le domaine de l’autocontrôle, l’informatique permet aux décolleteurs d’anticiper les erreurs. Les instruments doivent assurer une précision dix fois supérieure à celle recherchées sur les pièces dont les cotes les plus serrées avoisinent le millième de millimètre.

Les métaux difficiles à usiner nécessitent des tours automatiques extrêmement rigides qui permettent l’utilisation d’outillage modernes. De plus, la composition des métaux répond de plus en plus aux normes écologiques.

Un domaine universel, mais d’abord de l’Arc jurassien

Dans l’Arc jurassien, l’industrie du décolletage est d’une importance considérable, avec plus de 4’000 personnes regroupées dans près de 280 entreprises (en Suisse on compte 10’000 emplois pour 600 entreprises). S’y ajoutent les métiers connexes gravitant autour de l’industrie du décolletage : les fabricants de machines, d’outillages, de matières, les galvanoplastes, etc.